Recherches

Plusieurs études sont menées pour mieux comprendre la problématique des jeux de hasard et d’argent. Nous vous présentons quelques recherches pertinentes dans ce domaine qui évolue constamment.

Portrait du jeu au Québec : Prévalence, incidence et trajectoires sur quatre ans
[Format PDF, 393 Ko]

Selon l’étude ENHJEU-Québec, Portrait du jeu au Québec : prévalence, incidence et trajectoires sur quatre ans, 66,6 % des adultes québécois ont parié ou dépensé de l’argent à au moins 1 forme de jeux de hasard et d’argent au cours des 12 derniers mois précédant l’enquête (ils étaient près de 70 % en 2009). Près du tiers des Québécois adultes sont des non-joueurs (ils n’ont jamais participé à un jeu de hasard et d’argent au cours de l’année précédant l’étude).

Environ 95 % des joueurs sont « non problématiques ». Les joueurs à faible risque de développer un problème de jeu sont passés de 2,4 % en 2009 à 2,9 % en 2012. Il s’agit du seul changement significatif entre les deux années de référence. Finalement, 1,4 % sont des joueurs à risque modéré (ils étaient 1,3 % en 2009), et 0,4 % sont des joueurs pathologiques probables (ils étaient 0,7 % en 2009).

Sommaire exécutif : Stratégies de pré-engagement 
[Format PDF, 125 Ko]

Le présent document présente un abrégé de six textes publiés entre 2008 et 2011 sur les stratégies de préengagement (établies avant de commencer à miser) offertes aux joueurs et, plus spécifiquement, sur la carte dite intelligente, la Monitoring Card.

En considérant tous les types de jeux de hasard et d’argent, c’est parmi les utilisateurs des appareils de jeu électroniques (AJE), qui regroupent les machines à sous et les appareils de loterie vidéo, que l’on retrouve le plus grand nombre de joueurs ayant des habitudes de jeu problématiques. Afin d’aider ces joueurs à ne pas perdre le contrôle, des stratégies de préengagement ont été mises en place et offertes aux joueurs.

En général, les stratégies les plus utilisées par les joueurs sont la limite d’argent à dépenser quotidiennement, hebdomadairement ou mensuellement. D’autres stratégies existent, notamment des limites quant à la durée des séances de jeu ou à la fréquence des séances. Il y aussi l’autoexclusion et la durée de l’engagement.

La carte dite intelligente est une autre stratégie de préengagement. Elle remplace l’argent réel misé lors du jeu et permet au joueur d’établir une limite d’argent à dépenser. Grâce aux indications fournies sur cette carte, le joueur peut prendre connaissance de ses habitudes de jeu (sommes dépensées, temps passé à jouer, etc.) et ainsi exercer un meilleur contrôle sur celles-ci.

Sommaire exécutif : Jeux et paris sur Internet mobile 
[Format PDF, 125 Ko – Aide]

Le présent document présente un abrégé des écrits scientifiques publiés depuis 2000 sur le jeu à distance avec un téléphone cellulaire, communément appelé le m-gambling.

L’environnement technologique du jeu à distance évolue rapidement, ce qui pourrait être à l’origine de modifications des comportements de jeu.